Pantone, l’institut mondial de la couleur, a révélé il y a peu la nouvelle couleur de l’année. Contrairement aux habitudes de Pantone (même si le cas de figure s’était déjà présenté en 2016), ce ne fut pas une, mais deux couleurs qui ont été retenues. Et contrairement à celles de 2016, ces couleurs ne pourraient pas être plus différentes l’une de l’autre.

Ce que la « couleur de l’année » nous apprend sur nous

D’où vient-elle ? A quoi sert-elle ?

Bon, de prime abord, l’intérêt d’élire une « miss couleur » de l’année ne saute pas forcément aux yeux. D’autant qu’il y a des cas où il est carrément déconseillé d’utiliser la couleur de l’année.

Par exemple, si vous faites réaliser la charte graphique ou le logo de votre entreprise, fuyez l’état d’esprit « tendance à tout prix ». Une identité visuelle est faite pour durer, vous seriez mal avisé(e) de vous fier aux modes… Au risque de vous retrouver avec une image ultra kitsch et démodée (ben oui, toute mode finit par passer…). Mais bref, revenons-en à nos moutons.

Le choix de la couleur de l’année tient compte de tout un tas de facteurs différents. Design, société, politique, réseaux sociaux, tous les domaines y passent.

Le choix se porterait donc sur une couleur qui affiche des signes de montée en puissance dans son utilisation, et serait donc potentiellement plus vendeuse qu’une autre. C’est possible, mais…

A mon sens, le véritable intérêt de la « couleur de l’année » résiderait davantage dans la lecture qu’elle offre de notre monde.

Car la couleur Pantone de l’année ne sert pas qu’à lancer des coups de com’ et vendre des nuanciers en édition limitée à 200 dollars. Elle est aussi porteuse des vœux de Nouvelle Année de l’humanité. C’est beau, n’est-ce pas ?

de quelle couleur sera 2021 ?
Partagez le suspens sur Pinterest en épinglant l’image ci-dessus 🙂

Un choix de couleur de l’année bien inspiré pour 2020

La couleur de l'année 2020 est "Classic Blue"

A ce stade, vous êtes peut-être curieux.se de savoir quelle couleur a été choisie pour la terrible année qui vient de s’écouler, et si ce choix s’est avéré judicieux.

Il s’agit du « Classic Blue », un bleu sombre et profond réimmiscent de la « blue hour », ce moment post-coucher de soleil où les dernières lueurs orangées ont cédé la place à une pénombre bleutée.

Une entrée dans la nuit, en quelque sorte… (vous la sentez, la métaphore ?)

L’idée derrière cette sélection était de donner au monde résilience et stabilité dans un contexte de changements et d’incertitudes… Un choix qui s’est révélé étonnement approprié compte tenu des évènements de l’année.

Après, à titre personnel, je ne suis pas certaine que les propriétés du bleu soient bénéfiques dans un contexte de déprime généralisée… Si on parle d’avoir le blues, ce n’est pas pour rien !

Le tir a pour ainsi dire été rectifié avec la couleur de 2021… Mais d’une manière assez inattendue.

2021, année de la complexité et de l’inattendu ?

Pour la deuxième fois dans l’histoire de Pantone, en 2021, nous n’aurons pas une, mais deux couleurs à l’honneur : PANTONE 17-5104 Ultimate Gray (« gris suprême ») et PANTONE 13-0647 Illuminating (« illumination »), un jaune optimiste et réconfortant.

C’est la première fois qu’un gris, une couleur neutre (donc une « non-couleur ») est choisi.

Sur le plan psychologique, le gris et le jaune peuvent aisément être considérés comme des couleurs opposées. Fait intéressant rapporté par cet article paru dans le BMC Medical Research Methodology : il semble que, pour une majorité de personnes, la couleur d’une humeur « normale » soit le jaune, tandis qu’une humeur « anxieuse » ou « dépressive » serait grise.

La couleur de l'année 2021 est "Illuminating" et "Ultimate Gray"

Quelques mots sur le jaune

Le jaune est probablement l’une des couleurs avec le sens le plus facile à décrypter : c’est la couleur…

  • des smileys
  • du soleil
  • du bonheur
  • des applaudissements en l’honneur du personnel soignant (bon ok, pour ce dernier point, c’est juste mon interprétation personnelle)

Pourtant, choisir une nuance de jaune n’est pas chose aisée :

un peu trop saturée, et elle vous vrille la rétine (en plus de vous donner des crises d’angoisse, encore que ce dernier point soit controversé)…

un peu trop foncée, et elle évoque la saleté et la maladie (remarquez, vu le contexte, ce serait pas hors-sujet…).

Le jaune sélectionné par Pantone, en revanche, est particulièrement plaisant :

lumineux sans être agressif, riche et doux à la fois.

La signification derrière lluminating est évidente. C’est à cette couleur que reviendra la dure mission de remonter le moral de tout le monde, alors même que nous entrons dans notre deuxième année de Covid-19.

Le jaune est la couleur des smileys, du soleil, du bonheur, et des applaudissements en l’honneur du personnel soignant. Bon j’avoue, pour ce dernier point, c’est juste mon interprétation perso.

La magie des combinaisons de couleurs

Ok, donc on comprend pour le jaune, mais pourquoi du gris, la « non-couleur » par excellence ?

Selon Leatrice Eiseman, directrice exécutive de l’institut Pantone, le « gris suprême » a été retenu pour ses qualités de stabilité et de force, et ainsi nuancer le jaune, une couleur un tantinet superficielle et immature.

le gris, couleur de la technologie et de la déprime

Le gris, casseur d’ambiance depuis toujours, pour vous servir.

C’est intéressant de voir comment en rapprochant deux couleurs, on peut créer une signification très riche et nuancée, apte à saisir l’esprit d’une période particulièrement troublée.

Le jaune Illuminating incarne un optimisme sans concession, déconnecté des réalités terrestres. Le bonheur en jaune s’épanouit par la négation des contraintes et des épreuves pénibles, à la manière d’un enfant qui s’amuse.

Mais l’optimisme, en soi, ne vaut pas mieux que le pessimisme, puisque dans les deux cas, il s’agit d’une interprétation inexacte de la réalité. Perdre tout sens des réalités, ce n’est probablement pas ce que l’on pourrait souhaiter à une espèce humaine en guerre contre un dangereux virus…

Le gris est ennuyeux, mais il a ce côté pragmatique et statique qui l’ancre dans le présent. Utilisé seul, il refroidit les émotions et semble suspendre le temps. Servi avec du jaune, il en devient un intéressant contrepoint, une sorte de liant qui vient donner du corps à notre Illuminating.

A l’arrivée, on obtient une couleur composite qui semble nous encourager à garder espoir tout en compatissant à nos malheurs. Et ça, franchement, c’est super beau.

Le gris est ennuyeux, mais il a ce côté pragmatique et statique qui l’ancre fermement dans le présent. C’est lorsqu’il est servi avec du jaune que ça devient vraiment intéressant.